Nos conseils

Baticom c’est aussi des conseils !

Maisons neuves – le promoteur, l’option sûre

C’est la solution la plus simple. C’est lui qui fournit le plan (via un architecte mais en concertation avec vous en vous intégrant dans votre projet) et procède au démarche administratives (commune, pont et chaussées etc ….) , s’occupe des autorisations de construire (permis) et procède au suivi de chantier complet et à la fin vous fournit la maison ou votre appartement clé en main.

Pour votre part, vous n’avez qu’une chose à faire : NOUS FAIRE CONFIANCE car nous travaillons avec des firmes établis de longue date et au sérieux indiscutables ! Nous préférons forger un partenariat durable ! Lisez aussi attentivement le plan intérieur. Vous pourrez ainsi juger de la disposition des pièces, de leur superficie. Intéressez-vous aussi de près au descriptif, sommaire qui vous sera fourni au départ (cahier des charges) ce dernier sera évolutif en fonction de vos envies de vos choix pour vous faire votre habitat à la carte. Il indique les matériaux prévus (brique, parpaing…), les éléments liés à l’isolation thermique et phonique, le type de menuiseries (bois, PVC…), les caractéristiques des revêtements de sol et de murs… etc nous vous décrivons exactement votre futur habitat !

m

Le terrain

L’achat d’un terrain est soumis à des frais de notaire. Ce qui recouvre trois catégories de dépenses : – les droits de mutation représentent soit 5,09 %, soit 5,80 % du prix de la parcelle, selon le département dans lequel le terrain se situe. Pour un terrain de 80 000 €, par exemple, les droits s’établissent donc à 4 072 € ou à 4 640 €. – la rémunération du notaire se calcule selon un barème fixe ;

– les frais divers pour les formalités représentent environ 1 000 €. En conclusion, pour un terrain d’une valeur de 8 000 €, vous déboursez au total des frais de notaire compris entre 6 400 et 7 000 € selon le département où il est situé.

Le contrat de construction

Pour faire construire votre maison, vous signez un contrat de construction de maison individuelle (CCMI), lorsque vous faites appel à un constructeur. La signature de ce contrat n’entraîne pas de frais car le recours à un notaire n’est pas obligatoire et vous signez ce document directement avec le constructeur. Si vous optez pour un contrat d’architecte, ou un contrat de maîtrise d’œuvre, là encore le recours au notaire n’est pas obligatoire.

L’isolation végétale

Certains isolants biosourcés, reconnus pour leurs performances thermiques et hygrométriques, ainsi que pour leurs vertus écologiques, sont devenus incontournables comme la fibre de bois ou la ouate de cellulose et d’autres sont à la mode comme le textile recyclé et la paille. Le chanvre, le lin ou le liège commencent, eux, de leur côté, à se faire une petite place sur le marché des isolants végétaux. Mais quelle que soit leur « part de marché » ce type d’isolation n’est plus réservé aux gentils écolos, mais bel et bien destiné à tous ceux qui espèrent concilier performance, confort et environnement. Et si l’on en croit certaines études, les isolants biosourcés amélioreraient jusqu’à plus de 50 % la performance thermique des parois grâce à leurs propriétés hygrométriques naturelles, jouant un rôle déterminant sur le confort intérieur et la performance énergétique globale de l’habitat.

Le crédit

Si vous empruntez, vous devez souscrire une assurance décès-invalidité. Coût moyen : 0,30 à 0,40 % du capital emprunté. Vous pouvez faire baisser l’addition en choisissant votre contrat auprès d’un autre assureur que celui de la banque prêteuse (délégation d’assurance). L’assurance perte d’emploi coûte de 0,20 à 0,70 % du capital emprunté. Elle n’est pas obligatoire. Les frais de dossier, quant à eux, varient selon les banques de 500 à 1 000 € mais ils peuvent être négociés.

Les taxes

La construction d’une maison est soumise à une série de taxes, en particulier la taxe d’aménagement. Pour en connaître le montant, interrogez votre constructeur ou les services de la Direction départementale en charge des territoires (DDT). Vous pouvez aussi utiliser le simulateur du site www. territoires.gouv.fr. Cette taxe est à régler en deux fois : une première moitié douze mois après l’obtention du permis de construire et la deuxième moitié quatre mois plus tard. Depuis le 1er janvier 2015, sur les huit participations d’urbanisme existantes, seules trois subsistent : – la participation pour la réalisation des zones d’aménagement concerté (Zac) ; – la participation pour équipements publics exceptionnels ; – la convention de projet urbain partenarial (PUP).

Les autres frais

N’oubliez pas d’intégrer aussi dans votre budget les frais suivants : – le bornage de votre terrain s’il n’est pas borné, – la viabilisation éventuelle de votre parcelle (raccordement aux réseaux et au tout-à-l’égout notamment), – l’enlèvement de la terre issue des fondations si cette prestation n’est pas prévue au contrat, la clôture… Conseil : gardez une marge de manœuvre financière. Vous pourrez faire face à une dépense imprévue et vous rassurerez la banque. Celle-ci, lors de la négociation du crédit, va d’ailleurs insister sur ce point. Autant vous y préparer !

Les garanties

Les banques prennent des garanties afin d’être remboursées en cas de défaillance de l’emprunteur : hypothèque prise sur le bien ou caution d’une société spécialisée. ^hypothèque. Le contrat est passé devant notaire. Comptez environ 1,5 % du montant emprunté. A la fin du crédit ou lors de son remboursement anticipé, vous payez des frais de mainlevée (environ 1 % du capital emprunté). La caution. C’est une garantie proposée par une société spécialisée. En effet, lorsque le prêt est remboursé, soit par anticipation en cas de revente du bien, soit au terme du prêt, une partie du coût initial de la caution vous est reversée. Le tarif de la caution comprend une commission. Elle est versée lors de la mise en place du prêt pour les acheteurs de 37 ans st plus. Si l’un des acheteurs a moins de 37 ans, elle n’est due qu’en fin de prêt. Le tarif inclut également une contribution au Fonds mutuel de garantie (FMG) : comptez 0,87 % du Montant emprunté plus 210 €, sauf pour les prêts issus d’un Plan épargne-logement. Vous récupérez environ 75 % de la somme versée à terme, quand le prêt sera remboursé.

L'assurance dommages-ouvrage

Obligatoire, l’assurance dommages-ouvrage couvre l’ensemble des désordres dus au titre de la garantie décennale du constructeur. C’est à vous de la souscrire. Si vous passez par votre constructeur, comptez 2 à 3 % du prix de la maison. Si vous souscrivez une dommages-ouvrage individuelle, le tarif représente 6 à 7 % du prix de la maison.